22/11/2007

Orgueil et Préjugé

orgueil1

Comment pourrais-je parler de ce livre de sorte que j’arrive à convaincre autant de personnes que possible de le lire ?

C’est une question que je me suis longtemps posée avant même d’oser écrire cette critique.

Ce qui était sûr, c’est qu’il y avait trois choses qu’il ne fallait surtout pas mentionner.

La première était que ce livre faisait office de chef-d’œuvre de la littérature classique.

La deuxième était qu’il avait été écrit il y a près de deux cents cinquante ans.

La troisième, était de ne surtout pas mentionner qu’il s’agissait d’un roman d’amour.

Voici donc à peu près toute les raisons qui a priori devrait empêcher le lecteur potentiel d’acheter le livre. Sincèrement, faites abstraction.

Ce roman est un des meilleurs qu’il m’ait été donné de lire. Contrairement à ce que l’on pourrait croire il dégage une vitalité et une jeunesse incroyable.

Le langage y est bien entendu très soigné et réfléchi mais contrairement à nombre de livres anciens, il n’alourdit pas le texte mais le soulage de son âge.

Jane Austen écrit avec ce talent qu’on les Anglais pour la fluidité et la simplicité.

Dans ses livres, elle développe un don tout particulier pour décrire d’une seule phrase, d’un seul coup de plume le décor. Pas de détail superflu, pas de longue description pompeuse. Ce n’est pas le cadre qu’elle s’attache à décrire mais les mœurs et la mentalité de ses contemporains.

Roman d’amour je l’ai dit, mais pas encore roman à l’eau de rose. Orgueil et préjugé porte bien son titre. L’intérêt du texte réside dans l’opposition des personnages, l’opposition des classes sociales mais surtout l’opposition des caractères.

Ce sont les joutes verbales entre les héros qui font le spectacle du livre.

Ainsi, je me rappelle de cette phrase cinglante de l’héroïne, Elisabeth Bennet : « Je lui pardonnerais volontiers son orgueil s’il n’avait pas blessé le mien ».

L’humour et l’ironie sont  omniprésents pour le spectateur que nous devenons. On massacre l’image de ces messieurs et de ces dames qui se croient meilleurs que tout le monde.  

Nous suivons ainsi le parcours chaotiques des personnages, connaissant la fin par avance mais ignorant la manière dont elle se réalisera. On pourrait comparer ceci à un feuilleton policier –en beaucoup, beaucoup plus élaboré. On donne le coupable dès le départ. Reste à l’inspecteur à le démasquer.

L’œuvre de Jane Austen, comme je l’ai déjà dit est semblable à une incroyable description des mœurs de l’Angleterre du XVIIIè siècle, un rappel utile pour dire qu’à une époque pas si lointain le souci essentiel d’une jeune fille était de se marier et d’apprendre à être agréable en société… Elle fait encore partie des auteurs romantiques mais ce serait ingrat de ne pas reconnaître qu’elle annonce la lignée des auteurs réalistes. Le regard de Zola et l’âme d’Hugo en somme…

L’historien ajoutera également que Jane Austen fait partie de ces rares femmes à avoir pris la plume mais surtout qu’elle fait partie des rares à avoir été reconnue pour leur art de leur vivant.

A noter enfin que l’histoire que vous pourriez croire tellement usée par le temps à été reprise récemment par le cinéma. Ici, pour une fois, je me passerai de commentaire sur le respect que les scénaristes ont parfois pour les romans dont ils s’inspirent.

Le film est fidèle, la réalisation impeccable. Mais… comme je le dis toujours, rien ne vaut la lecture. C’est souvent moins coûteux et ça fait rêver plus longtemps.

 

Début du livre.

 

« C'est une vérité universellement reconnue qu'un célibataire pourvu d'une belle fortune doit avoir envie de se marier, et si peu que l’on sache de son sentiment à cet égard, lorsqu’il arrive dans une nouvelle résidence, cette idée est si bien fixée dans l’esprit de ses voisins qu’ils le considèrent sur le champ comme la propriété légitime de l’une ou l’autre de leurs filles »

Jane Austen, Orgueil et Préjugé

Les commentaires sont fermés.