28/11/2007

Chagrin d'école...

2070769178

C’est un phénomène très rare de se sentir absorbé par un livre dès la première ligne, de voyager sans s’en rendre compte et de ne pouvoir se détacher des mots avant le point final.

Dans cette biographie…

Aie ! Ai-je bien dit biographie ? Rassurez-vous pourtant c’est plus une question de fond que de forme. Je m’explique. Dans ce livre, Daniel Pennac retrace son parcours sur les bancs d’école. Il parle des difficultés qu’il avait pour apprendre, de son comportement et de celui de ses professeurs ou parents. Il résume sa cancrerie et bien plus, comment le cancre est devenu professeur avant de faire partie des plus grands écrivains français du moment.

C’est toujours une biographie me direz vous. Rien de plus vrai. Aussi vais-je sortir mon atout.

Pour Chagrin d’Ecole, Pennac a été le lauréat du prix Renaudot 2007 dans la catégorie roman.

Bizarre ? En effet, et inutile de vous préciser que cette victoire a fait un tollé incroyable dans le domaine des lettres, surtout quand on sait que le prix Renaudot possède une catégorie biographie.

Personnellement, je ne me permettrai pas de critiquer les membres du jury. Au contraire, je les félicite pour leur extrême lucidité.

Car qu’est-ce qu’une bonne biographie ? Avant tout, il s’agit de l’histoire vraie d’un homme.

Qu’est-ce qui fait que cette dernière sera de qualité ? On peut parler de l’humilité dont fera preuve l’auteur, du sens critique qu’il saura mettre en avant. C’est entendu si l’on se place dans le sens historique. Prenons maintenant le sens littéraire, pour une bonne biographie, ce qui est nécessaire, c’est de savoir la faire vivre et en même temps de pouvoir faire naître une réflexion sur base des expériences que l’on raconte.

Une bonne biographie, c’est l’Histoire et l’histoire. C’est un la vérité sur le ton du roman avec un fond de réflexion, d’essai philosophique.

Pari réussi Mr Pennac. Votre livre est excellent. Ce serait un crime de dire que l’on s’endort devant votre roman et encore moins de récrier vos idées quant à l’enseignement.

C’est en effet dans cette dernière partie que le livre excelle. Une réflexion de qualité sur l’enseignement prenant tantôt le regard de l’élève, du professeur et du visiteur.

Opposition des groupes et des époques, il permet à la fois de suivre le point de vue de tout le monde à toutes les époques non sans une nuance critique.

L’occasion pour certain de se souvenir, pour d’autre qui sont toujours assis sur les bancs de se mettre à la place de leurs « bourreaux ».

Voici donc un livre quatre étoiles non seulement brillant par son histoire mais surtout étincelant par ses idées. Le ton sérieux se conjugue volontiers à l’humour. Tandis que la plume utilisée, sans conteste, elle est légère. Le style y est très fluide, très reposant tandis que le vocabulaire employé reste assez relevé.

Bonne lecture.

 Chagrin d’école de Daniel Pennac, édition Gallimard.Prix Renaudot 2007, catégorie roman.Le troisième trimestre sera déterminant.

Les commentaires sont fermés.