13/11/2008

L'Iliade selon le XXIè siècle

iliade b

 

Alessandro Baricco, Homère Iliade

 

Vous voulez un défi d’envergure ? Essayez de prendre la plus vieille légende dont nous disposons, rendez-vous dans un immense auditorium et faites en une lecture publique qui passionnera à la fois vos centaines de spectateurs mais aussi des milliers d’auditeurs qui devront rester accrocher à leur radio pendant des heures.

Impossible ?  Pas si sûr, un Italien, Alessandro Baricco a réussi, lui. Bien sûr, il a rajeuni le texte mais l’histoire est encore bien présente et c’est cette histoire fantastique d’hommes et de héros que je vous propose de redécouvrir.

 

Au commencement était l’Iliade, 50 jours d’une guerre terriblement longue. 50 jours et la colère destructrice, meurtrière du prince des héros, Achille.

Explications.

Des années auparavant, un prince troyen, Paris, fils du roi Priam, rencontre trois magnifiques jeunes filles. De jeunes filles en réalité, il n’est pas question. Toutes trois sont des déesses. Il s’agit d’Athéna, de Héra et d’Aphrodite.

Ces trois charmantes personnes voyant le jeune prince décident de faire de lui, le juge de leur querelle. Elles lui donnent une pomme qu’il remettra à celle qu’il trouve la plus belle d’entre elle. Toutes sont superbes et pourtant Paris choisira la belle Aphrodite, déesse de l’amour.

Pour ce chevalier de la déesse, un seul cadeau, il tombera amoureux de la plus belle femme sur terre.

Bien après, le jeune troyen se rendra en ambassadeur chez le roi Ménélas…

La suite vous la connaissez : il rencontre la belle Hélène, en tombe amoureux et l’enlève, brisant les lois de l’hospitalité.

Vexé dans leur honneur et trouvant enfin une bonne excuse pour se débarrasser de Troie, la cité maitresse de la Mer Noire, les grecs rassemble une armée sous la tutelle d’Agamemnon, le frère de Ménélas. Tous les héros de la Grèce se joignent à l’aventure, Achille, Ulysse, Ajax,… Les voilà bientôt aux portes de la cité des meneurs de chevaux, la cité du dieu soleil.

C’est là que de simples hommes vont enfin pouvoir devenir des légendes.

 

Retour maintenant sur l’Iliade car ce que je viens de raconter n’en fait pas partie ou plutôt n’y est présent que sous forme d’allusions ou de paroles des personnages.

L’Iliade commence en vérité au moment où Agamemnon va se mettre à dos le plus grand guerrier présent sur le champ de bataille. Il va reprendre à Achille sa prisonnière et celle qu’il aime, la jeune Briséis.

Trahi par son chef après tant d’effort, le héros entre dans une colère noire. Il pourrait tuer le roi des rois, au lieu de ça, il fait « grève du glaive ». Achille va cesser de combattre.

 

Je suppose que vous avez dû voir ce récent film hollywoodien pseudo-historique et pseudo-fidèle à l’histoire. Je ne m’engage donc pas à vous raconter que malgré la disparition d’Achille des champs de bataille la guerre se poursuivra, que celle-ci verra même les Troyens enfin prendre confiance et faire flancher les Grecs, que cette offensive troyenne obligera le protéger du héros, Patrocle, à revêtir ses armes et que ce dernier se fera tuer par Hector, autre fils du roi Priam et premier héros Troyen.

 

En bref, je n’ai rien dit que vous ne sachiez probablement déjà. Alors, pourquoi lire ce livre ?

Pourquoi, même s’il n’est pas bien épais, passer du temps dans cet ouvrage ?

Oserai-je dire d’une histoire que tout le monde connaît et qui a plus de 4000 ans qu’elle est terriblement passionnante ? Je ne sais pas si vous aller me croire et pourtant, c’est bien le cas.

J’ai commencé ce livre à midi et je suis resté scotché sur mon fauteuil. Pendant cinq heures, je n’ai fait rien d’autre que lire et que me laisser absorbé jusqu’au plus profond du texte.

Je n’ai aucun mérite. Le texte est splendide.

Baricco nous propose ici l’Iliade, non pas revisitée, mais dépoussiérée. L’histoire reste la même. On a sabré les dieux qui n’apparaissent plus, on a allégé le style, simplifié, complété.

Au final, un succès. On ne s’ennuie jamais, tout vit, tout bouge…

C’est l’occasion rêvée de retrouver un texte qu’avouons le, plus personne ne lit dans la version d’Homère et qui est un beau navet au cinéma.

Envie de faire une découverte, envie de connaître la vraie histoire, envie tout simplement de lire un bon livre, passez par l’Iliade de Baricco, vous ne serez pas déçus.

Bonne lecture!

 

baricco

 

 

 

 

 

Commentaires

invitation amicale à lire l'original Bonjour. Je suis moi-même passionnée par l'Iliade et je comprends donc ô combien votre enthousiasme pour ce texte. Mais avec cette version dépoussiérée vous me faites un peu peur. Car le texte d'Homère version d'origine est quoi qu'on en dise lui aussi parfaitement lisible; Alors si cette histoire vous a passionné, un petit conseil: lisez-le aussi dans sa version d'origine. Parce que si, adulte, vous êtes resté scotché sur votre fauteuil pendant 5 h pour finir l'histoire, moi, c'est à l'age de 11 ans que je suis montée un soir dans ma chambre avec l'Iliade d'Homère (version d'origine) et que je n'ai laché ce satané bouquin qu'... à trois heures du matin!!! Passionnant, je vous dis! Et depuis je le lis et le relis.

Écrit par : Brigitte Méreau | 23/02/2010

invitation amicale à lire l'original Bonjour. Je suis moi-même passionnée par l'Iliade et je comprends donc ô combien votre enthousiasme pour ce texte. Mais avec cette version dépoussiérée vous me faites un peu peur. Car le texte d'Homère version d'origine est quoi qu'on en dise lui aussi parfaitement lisible; Alors si cette histoire vous a passionné, un petit conseil: lisez-le aussi dans sa version d'origine. Parce que si, adulte, vous êtes resté scotché sur votre fauteuil pendant 5 h pour finir l'histoire, moi, c'est à l'age de 11 ans que je suis montée un soir dans ma chambre avec l'Iliade d'Homère (version d'origine) et que je n'ai laché ce satané bouquin qu'... à trois heures du matin!!! Passionnant, je vous dis! Et depuis je le lis et le relis.

Écrit par : Brigitte Méreau | 23/02/2010

Les commentaires sont fermés.