11/02/2009

Hugh Laurie, Tout est sous contrôle

Tout est sous contrôle

 

Hugh Laurie, Tout est sous contrôle.

 

 

Soyons clair. De deux choses: l’une, j’adore regardé Docteur House à la télévision ; la seconde, je n’en reste pas moins critique.

En vérité, je me baladais au hasard des magasins lorsque je suis tombé sur cet ouvrage.

Vous auriez vu la couverture et toute la publicité faite autour, vous n’auriez eu comme moi qu’une seule envie, l’acheter pour pouvoir en faire la critique absolument négative le plus vite possible.

Malheureusement ou heureusement, on ne fait que ce qu’on peut, pas ce qu’on veut.

Aujourd’hui, après la lecture du livre et la recherche d’information chez l’éditeur, je dois m’incliner à vous présenter Tout est sous contrôle d’Hugh Laurie sous le jour le plus positif qu’il soit.

Oubliez tout, plongez-vous dans les rues de Londres. Vous avez changé d’identité. Vous vous appelez désormais Thomas Lang, vous êtes un ancien militaire de la Garde Ecossaise aujourd’hui complètement paumé, endetté, buveur, fumeur, solitaire et n’entretenez de rapports qu’avec une moto Kawasaki. Pas très encourageant votre vie.

Attendez que je vous raconte la suite. Il y a pas longtemps un type complètement schizophrène vous a contacté pour que vous lui serviez de garde du corps dans une excursion aux Pays-Bas. Faut bien gagner un peu d’argent de temps en temps, vous l’avez accompagné même s’il y avait autant de chance que votre employeur soit en danger que de voir E.T. débarquer dans sa soucoupe. Le moins qu’on puisse dire c’est que ça ne risquait pas d’être au dessus de vos compétences. Là où la situation a commencé à vous ennuyer c’est quand quelqu’un que vous ne connaissez pas vous a invité à le rejoindre au bar de l’hôtel.

Etait-ce l’heure invraisemblable du rendez-vous ou le tarif des boissons. Vous saviez que vous n’auriez pas affaire à n’importe qui.

Vous avez bu un verre, discutez et puis c’est là, à cet instant précis qu’il vous l’a demandé.

Il a sorti une enveloppe avec des photos d’un type à abattre et une liasse de billets.

La question maintenant, c’est de savoir si le personnage que vous incarnez est un type bien ou pas. Enfin personne n’est blanc ou noir. C’est une nuance de gris. Alors, étiez-vous Gris Clair ou Gris Foncé.

Faut voir. Parce que si vous avez déclinez la proposition (Félicitation !), vous avez quand même broyé les … du donneur de rendez-vous. Vous pourriez toujours prétendre que vous avez sauvé la vie d’un type et jouez le rôle du glaive de la justice s’abattant sur … -vous m’avez compris…

Là où j’ai moins tendance à vous prendre pour un ange, c’est quand trois jours plus tard vous vous retrouvez en pleine bagarre dans la maison de la personne qu’on vous proposait d’assassiner. Quelque chose à répondre ?

 

Polar, plutôt thriller, j’ai lu thriller humoristique quelque part mais ce n’est plus de l’humour, c’est de l’ironie, du sarcasme, de la répartie comme on en voit qu’à la télé en période Housienne. Je suis sous le charme. Ce roman va faire du bien à la réputation des acteurs. Pour une fois, on ne pourra pas dire qu’ils n’ont rien dans la cervelle. Non seulement, l’histoire tient la route mais elle est bien ficelée.

Qui plus est, on a enfin la réponse à la question pourquoi Hugh Laurie est si bon dans son rôle de médecin diagnosticien sur le petit écran. Tout simplement parce que si je n’irais pas jusqu’à dire qu’il est comme House, il a crée un personnage roman identique à lui en caractère : solitaire, sombre, sarcastique, froid, blasé. Finalement, Thomas Lang vs Docteur House, une seule différence au tableau leur job.

Mais je vous sens déjà en train de ruminer derrière votre écran. Avec des idées en tête. Primo, si les deux personnages sont les mêmes, c’est forcément que l’un est inspiré de l’autre.  

Secundo, si la première hypothèse est vraie, lequel est le reflet duquel ?

Tertio, quelque soit la réponse à la question précédente les mots escroqueries, arnaques, triches… vous viennent à l’esprit.

Bon ! Remettons de l’ordre dans tout ça. Je pensais comme vous avant mes recherches mais on s’est joliment trompé.

Tout d’abord, sachez que Hugh Laurie a écrit son roman en 1996 sous le titre original The Gun Seller (Le Marchand d’armes). Ce qui vous empêchera de penser qu’il se sert de son rôle dans la série pour générer quelques droits supplémentaires. Et donc la seule raison de lui en vouloir c’est de ne pas avoir écrit plus alors qu’il a la plume dans la tête.

Maintenant que j’ai rétabli Saint Docteur House sur son piédestal, il ne faudrait pas déboulonner la série pour violation de droits d’auteur. N’oubliez pas que le scénario date d’avant le recrutement de Mister Laurie dans le rôle du Docteur. Le réalisateur ne voulait pas un Anglais pour le rôle. Qu’on est pioché dans son livre est moins vraisemblable que de dire que l’acteur a transmis sa personnalité aux personnages et ses idées aux scénaristes.

Je vous l’ai dit, en achetant ce livre, je voyais déjà tout le plaisir que j’aurais pris à taper sur les doigts de quelqu’un en en faisant la critique. Pas de chance. Et si j’ai bien envie de sortir un mauvais mot à propos d’Universal et des éditions Sonatine, l’un pour utiliser un livre pour vendre des Dvd’s, l’autre pour utiliser l’image d’une série TV pour lancer un livre après 13ans et sans prendre de risques, je m’en abstiendrai puisque je risquerais de vous faire passer à côté d’un bon moment de lecture.

A toutes et à tous, passez ce dégoutant mur de graisse médiatique et vous découvrirez un roman qui vaut la peine d’être lu alternant entre suspens et crise de fou rire.

Bonne lecture !

 

Ecrivain89- Quentin

 

Gun seller

 

Hugh Laurie