19/04/2008

Les Enfants de Hùrin

Children-of-Hurin-Tolkien

 

Il nous manquait énormément mais voici qu’il revient enfin dans l’actualité littéraire. Je parle bien sûr de Monsieur J.R.R. Tolkien.

A dire vrai, je me demandais si j’allais pouvoir retrouver un jour toute la magie et la qualité d’écriture du Seigneur des Anneaux. Ca semble, ma foi, chose faites avec les Enfants d’Hùrin.

D’autant plus que, bonne nouvelle pour tous ceux qui s’étaient fait du mal avec l’entrée en matière de la célèbre trilogie, celle de ce conte est beaucoup plus accessible.

Alors passons tout de suite à l’histoire et je devrais peut-être en parler avec un « H » majuscule puisque cette œuvre fait partie du passé, des contes et légendes de la Terre du Milieu (pour les rares néophytes, il s’agit de l’univers dans lequel Tolkien a développer ses histoires).

Bien des siècles et des siècles avant la venue d’Aragorn, Frodon, Gimli ou Isildur les contrées de la Terre du Milieu subissaient déjà une terrible menace, celle d’un seigneur noir terriblement puissant Morgoth.

Morgoth est l’équivalent d’un dieu, un Valar, du moins l’était-il avant de vouloir s’incarner pour devenir le roi et le maître absolu de toute chose vivante.

Bien sûr, aussi puissant que soi ce seigneur des ténèbres et presque aussi impossible que soit toute résistance, elle existe.

Bien évidemment, face à pareil ennemis, on ne peut vraiment espérer gagner. Que peuvent vraiment des hommes ou même des elfes face aux pouvoirs d’un dieu ? Rien.

L’avenir réside donc dans un frêle espoir, une antique prophétie qui annonce le retour des Valars, des autres dieux, pour battre Morgoth et le chassé.

En attendant, la guerre fait rage. Il faut gagner du temps.

Si cet âge de la Terre du Milieu est très sombre, il n’en est pas moins celui des grands héros.

Par leur bravoure, leurs tentatives désespérées ou leurs capacités de généraux, elfes et hommes se distinguent sans cesse.

Parmi eux, arrive l’histoire de Hùrin et de sa descendance.

Hùrin était un des rois des hommes. Un jour, lors d’une grande bataille qui rassembla toutes les armées elfiques et humaines, il parvint par son sacrifice à empêcher un désastre, à empêcher la victoire de Morgoth mettant le seigneur noir dans un rage folle.

Hùrin n’est pourtant pas mort. A choisir, il aurait certainement préféré mais la vengeance du Valar allait être bien pire encore.

Il fit enfermer Hùrin dans ses sombres geôles et lança une terrible malédiction sur sa descendance.

Dès lors, le roi des hommes contemplerait à distance le destin tragique qu’avait préparé Morgoth pour sa famille, ses enfants.

Comment ses jeunes gens qui commencent à croquer la pomme de la vie pourront-ils lutter contre le mal qui les entoure et vaincre leur destin, une vie malheureuse et errante.

 

Récit d’aventure, récit fantastique, sombre et mystérieux Les Enfants de Hùrin s’inscrit dans la lignée des grands livres de Tolkien. Quoiqu’inachevé, le roman fut publié cette année 2008 grâce à l’aide de son fils Christopher qui aura su brillamment recoller les morceaux et compléter les vides tout en restant fidèles à l’œuvre de son père.

Commencer dans l’entre deux guerres, ce n’est peut-être pas pour rien que ce récit parle de résistance à la fois face à l’ennemis mais surtout face au destin  au cours d’une histoire qui n’est pas sans rappeler les grandes tragédies grecques

Magicien de la langue, Tolkien fait jouer les mots à merveille pour créer ambiances, situations marquantes et instant sensible.

Lire ce livre, c’est se plonger dans cette Terre du Milieu que tout le monde connaît pour en ramener un petit morceau, une petite parcelle dans son cœur.

 

Bonne lecture